Skip to main content

Full text of "Les Moyens Utiles Pour Une Vie Heureuse"

See other formats


Àl-Sbeikh Àbtfcrrahmane Jbn Na’ssîr 
Al-Sa’di 

(Qu 'Allah lui accorde Sa miséricorde) 


Traduit pan 

BELLO MAN A 


Retu et corrigé par: 

Àbdoulwahabi MAL! 


(F' ■ k ; a a ^ / n F> > 

s. Cette publication a été supervisée par la J £ 
direction des publications et des éditions au w 
Ministère des Affaires Islamiques, des Waqfs, de 

m r «1 . m ■— ■— - \ 


la Prédication et de FOrïentation 
Royaume d’Arabie Saoudite 



LES MOYENS UTILES 
POUR UNE V\E HEUREUSE 

Ecrit par: 


AI-Sheikh Abderrahmane Ibn Na’ssir 

Al-Sa* di 

(Qu’AHah lui accorde Sa miséricorde) 


Traduit par: 

BELLO MANA 


Revu et corrigé par: 

Abdoulwahabi MALIKI 


Cette publication a été supervisée par ia 
direction des publications et des éditions au 
Ministère des Affaires Islamiques, des Waqfs, de 
la Prédication et de l’Orientation 

Royaume d’Arabie Saoudite 

2004 


© Ministry of Islande Affairs, 2004 



Aî-Si’idy, Abdurrahman bin Nasir 

Les moyens utiles pour une vie heureuse/ 
traslated by Belle Mana.- Riyadh, 

4:4 p,, 12x17 cm 
ISBN: 9960-29-400-5 

1- Preaching 2- Happiness I- Mana 

Bello (trans.) Il- Title. 


213 de 


3917/22 / 

- - ^ 



* 

2004 


jüMtr 





■! 


fri*- J' 

Au nom d’Allah, le Très Miséricordieux, 
le Tout Miséricordieux 

PREFACE 

Louanges à Allah, l’Unique, et que la paix 
et la bénédiction d’Allah soient sur le sceau des 
Prophètes, sur sa famille, sur tous ses 
compagnons et ceux qui l’ont suivi avec charité 
jusqu’au Jour de la Récompense. 

Ce message béni dénommé “Les Moyens 
Utiles pour une Vie Heureuse” éclaircit la 
définition du vrai bonheur qui est l’objectif 
primordial de tout être humain dans cette vie. 
Certes ces idées se divergent avec le contexte du 
“bonheur” et la manière de le réaliser. Il y a 
ceux qui pensent que sa réalisation nécessite à 
amasser des fortunes et les faire croître; d’autres 
pensent qu’il est cerné par la santé et la sécurité; 
il y a ceux qui l’observent sur la subsistance 
licite et l’acquisition d’une science utile; tandis 
que d’autres le trouvent dans la vraie foi, les 
bonnes oeuvres et la fidélité à ses principes. 


4 


Rien n’empêche de considérer que tout ce 
qui vient d’être cité fait parti du contexte du mot 
“bonheur” puisque tout ceci converge avec les 
principes et les nonnes de la CHARIA ( loi 
islamique), mais on s’aperçoit qu’il y a deux 
sortes de bonheur: 

1- Le bonheur mondaine, temporaire, limité 

par une courte et instable vie. 

2- Le bonheur de l’au delà qui est étemel et 

» vV ■ ' 

i nfini . 

Tous les deux bonheurs sont corrélatifs et 
inséparables. Le bonheur de ce bas-monde est 
simultané à celui de l’au-delà. La vie heureuse 
dans ce bas-monde et l’au-delà se limite en la 
satisfaction d Allah pour les pieux croyants 
comme Allah, Le Très Haut, a dit: “ Quiconque, 
mâle ou femelle, fait une bonne oeuvre tout en 
étant croyant. Nous lui ferons vivre une bonne 
vie. Et Nous les recompenserons, certes, en 
fonction des meilleures de leurs actions.” 
[Sourate An-Nahl (les abeilles), Verset: 97.] 

Cher Frère béni, qu’est ce que c’est que le 
“bonheur”? Comment se réalise-t-il? Qu’est ce 

que c’est que le malheur? Et comment se le 
méfier? 


5 


Le bonheur se focalise à l’obéissance en 
Allah, Le Très Haut, et à l’obéissance en Son 
Généreux Serviteur Mohammed (Pbsl). 

Et le malheur se focalise à la désobéissance 
à Allah et à Son messager. Allah, Le Très Haut, 
a dit: “ Quiconque obéit à Allah et à Son 
messager obtient certes une grande réussite.” 
[Sourate Al-Ahzab (les coalisés), Verset:36]. 

Ce livre “ Les Moyens Utiles pour une Vie 
Heureuse” de Son Eminence, le Savant Al- 
Sheikh Abderrahmane Ibn Naa’ssir Al-Sa’di- 
qu’ Allah le bénisse- comporte 08 chapitres dont 
l’auteur a défini les mobiles et les causes du vrai 
“bonheur”. H a éclaircit le chemin qui mène à ce 
“ bonheur” ainsi que les moyens à utiliser pour 
son obtention, en se basant sur des preuves 
juridiques tirées du Saint-Coran et de la 
Sounnah (Traditions prophétiques), afin de 
tracer le vrai chemin qui mène vers une vie 
heureuse, celle dont toute la communauté 
musulmane est appelé à suivre dans le but 
d’organiser sa vie en toute lumière et 
clairvoyance. 

En guise de sa participation à l’éveil des 
consciences et des mentalités, le Ministère des 
Affaires islamiques, des Waqfs, de l’Appel et de 

6 


r Orientation porte son choix sur ce livre qu’il le 
compte parmi ses nombreuses publications, pour 
qu’il soit le guide éclairé dans cette vie pleine de 
troubles. 

Nous implorons Allah, Le Très Haut, Le 
Puissant, de combler de recompenses à son 
auteur et à tous ceux qui ont participé ou ont 
aidé à son édition, sa publication, aî-n^î que la 
conception de sa maquette. Allah est Le 
Conciliateur et Le Guide vers le droit chemin. Il 
nous suffît. Il est notre meilleur Garant. 

Que la paix et la bénédiction d’Allah soient 
sur Son Prophète, sa famille et sur tous ses 
compagnons. 


Dr. Abdallah Ibn Ahmed AZZAYD 

Sous-Sécrétaire d’Etat adjoint chargé 
des Affaires d’Editions et de Publications. 


7 


PREFACE DE LA PREMIERE EDITION 


Ce message que nous détenons, nous trace 
les grandes lignes du vrai “bonheur 5 ’ dont tout 
homme aspire et s’efforce à atteindre, loin de 
tout penchant et inclinaison humanitaire, en se 
basant sur des preuves compétentes tirées du 
Noble-Coran et de l’orientation de notre 
Prophète (pbsl). C’est ce même bonheur que 
toute la co mmunau té des croyants cherche à 
atteindre pour le vivre, car c’est le seul chemin 
qui réglementerait notre passage dans cette vie, 
sur base de piété et de satisfaction d’Allah. 

L’auteur de ce message est S.on Eminence le 
Sheikh Savant Abderrahmane IbnNaa’ssir Ibn 
Abdallah Al-Sa’di; né à OUNAYZAH région de 
Gassim dans la province de Najd, Royaume 
d’Arabie Saoudite. 

Il perdit ses parents très jeune; il se 
caractérisait par une énorme intelligence et une 
envie de savoir inébranlable. Il débuta à 
mémoriser le Coran dès le bas âge et dont il 
acheva à l’âge de douze ans. Il étudia les 
Sciences Islamiques chez les Erudits de son 
village et chez bien d’autres qui étaient de 

8 



passage dans sa région natale. H consacra des 
gros efforts qui seront censurés par un maximum 
de sciences et de savoir. 

A l’âge de 23 ans, il commença à dispenser 
des cours tout en demeurant disciple des Erudits. 
C’est ainsi qu’il passa toute sa vie dans 
l’éducation et l’enseignement dont beaucoup ont 
profité de son savoir. 

On peut citer parmi ses Sheikhs 
(professeurs) : 

1- Le Sheifch Ibrahim Ibn Hamad Ibn Djassir 
qui fut son premier professeur. 

2- Le Sheikh Saleh Ibn Outhman, le quadi 
(juge) d’Ounayzah, chez dont il apprit les 
Fondaments (AI-Oussoul) et la Jurisprudence 
(Al-Fiqh), la Théologie, l’Exégèse du Coran, le 
Syntaxe et la Morphologie de la Langue Arabe. 
Il restera attacher à ce dernier jusqu’à sa mort. 

Le Sheikh Al-Sa’di jouissait en général 
d’une parfaite connaissance de la Jurisprudence, 
de ses Fondaments, une grande expérience en la 
Théologie et ses multiples thèmes à cause de sa 
prise en considération et de l’importance qu’il 


9 


attachait aux oeuvres d’Ibn Taymiyyak et d’Ibn 
Al-Quayyim en particulier. 

Comme il s’adonnait beaucoup à l’Exégèse 
du Coran (Tafsir) et ses diverses branches, il fut 
parmi les spécialistes en la matière. 

Il compte parmi ses oeuvres en Exégèse du 
Coran : 

1- La facilité du Généreux Bienfaiteur sur 
l’Exégèse de la Parole du Miséricordieux. (08 
Tomes). 

2- La facilité du Doux Bienfaiteur sur le 
condensé de l’Exégèse du Coran. 

3- Les meilleures principes de l’Exégèse du 
Coran. 

Et parmi ses oeuvres dont nous préconisons 
l’acquisition et le profit en dehors de celles qui 
sont énumerées : 

4~L’ orientation à la connaissance des 
jugements. 

5- Les jardins florissants. 

6- La splendeur des coeurs des gens du bien. 

7- La méthode des passants et 

l’éclaircissement de la jurisprudence en religion. 

8- Le Jugement sur les fumeurs et vendeurs 
de tabacs. 

9- Les Fatawas (decrets religieux) sa’ dites. 

10 


10- Sermons de Vendredi (30 Tonies). 

1 1- La claire vérité sur le commentaire de la 
Théologie des Prophètes et des Messagers. 

12- L’Eclaircissement de la s uffis ante 

guérissante. 

Il en possède également beaucoup d’oeuvres 
sur la Jurisprudence, la Théologie, le Hadith 
(Traditions prophétiques), les Fondaments (Al- 
Oussoul), ainsi que des recherches en Sociologie 
et en diverses Fatawas (décret religieux). 

Il fut atteint d’une grave et incurable 
maladie allertant son imminente disparition. Il 
rendit l’âme dans la nuit du Jeudi 23 Djoumada 
Al-Thani 1376 AH à Ounayzah, 

Il a marqué tous ceux qui l’ont connu de 
près ou de loin. L’émotion fut grande chez tous 
ses élèves. 

Qu’ Allah le bénisse et qu’H nous fasse 
profiter de son savoir ! Amen ! ! 

RI Y AD, 11 RAMADAN 1378 AH 

Entreprise Al-Nour pour PEdition et la 
Confection de Réliure 


11 


PREFACE DE L’AUTEUR 


Louanges à Allah, qui détient tous les 
louanges; et j’atteste qu’il n’y a de divinité à 
part Allah, l’Unique, qui n’a point d’associé ; et 
j’atteste que Mohammed est Son serviteur et 
Son messager ; que la paix et la bénédiction 
d’Allah soient sur lui, sur sa famill e et ses 
compagnons. 

La paix de la conscience, la quiétude, la joie 
ainsi que la dissipation de l’angoisse et de 
l’amertume sont revendiquées par chacun de 
nous. Elles restent la résultante d’une agréable 
vie pleine de joie et de gaieté. Pour cela, il y a 
des mobiles réligieux, des mobiles naturels et 
des mobiles opérationnels. 

Nul ne peut réunir tous ces mobiles à part 
les croyants (musulmans). 

Quant aux autres (non-croyants), bien que 
quelques-uns de ces mobiles peuvent 
s’appliquer sur eux, sauf que les aspects les plus 
avantageux et les plus assurés leur échappent. 

Je citerai dans mon message-ci, ce qui me 
revient comme cause de cette grande requête 

12 


que cherche tout un chacun de nous à 
concrétiser. 

Certains ont pu atteindre beaucoup de ces 
requêtes et ont pu mener une vie heureuse alors 
que d’autres les ont toute échoué et ont mené 
une vie misérable, cependant les uns les 
apperçoivent tant bien que mal selon le succès 
remporté. 

Allah est Le Conciliateur et Le Soutien pour 
réaliser toutes bontés ou pour écarter tous périls. 

CHAPITRE 


1 “La grande cause, la base même de ceci 
est la foi et les bonnes oeuvres. Allah, Le Très 
Haut, a dit: “Quiconque, mâle ou femelle, fait 
une bonne oeuvre tout en étant croyant. Nous 
lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les 
récompenserons, certes, en fonction des 
meilleures de leurs actions.” [Sourate An- 
Nabl (les abeilles), Verset:97]. 

Allah a notifié et a promi une vie heureuse, 
une meilleure récompense à toute personne qui 
joint à la foi, les bonnes oeuvres, tant dans ce 
bas-monde que dans l’au-delà. 

13 


La raison est claire, ceux qui croient en 
Allah, disposant d’une parfaite foi, source de 
bonnes oeuvres, de bonnes moeurs et de bonnes 
actions dans leurs vies ( bas-monde et l’au-delà), 
ceux-là disposent des principes leur permettant 
d’obtenir tout ce qui est vecteur de joie et de 
gaieté, de résister devant les mobiles de la 
tristesse, de l’angoisse et de l’amertume. 

Ils accueillent favorablement toute affection 
et satisfaction en remerciant. Il en font bon 
usage. S’ils s’en servent de cette manière, cela 
leur procurera la gaieté comme Us en désireront. 
Qu’elle perdure et qu’elle soit bénie. Ils espèrent 
en même temps une récompense grandiose qui 
dépassent de loin ces gaietés dont Us ont récolté 
les fruits. 

Ils font de la resMtence devant les 
exécrations, les malheurs, les angoisses et 
amertumes comme ils le peuvent. Et Us s’arment 
d’une belle patience pour celles dont ils sont 
incapables d’agir. C’est ainsi qu’Us auront 
comme fruit de leur récolte une résistance 
favorable, une expérience et une force ; 
Néamoins ils auront comme fruit de leur 
patience et de leur espoir, la récompense 
d’Allah ; ils auront des grandes choses dissipant 

14 


toute exécration qui sera remplacée par des 
satisfactions, des bons espoirs, de l’envie de la 
grâce d’Allah et de Sa récompense. Comme le 
Prophète (pbsl) en a souligné dans un Hadith 
authentique : « Etonnant l’affaire d’un 

croyant (musulman) ! Toutes ses affaires se 
vouent à son avantage. S’il lui arrive d' être 
joyeux, il remercie; cela lui est meilleur. S’ il 
lui arrive du mal, il patiente, cela lui est 
meilleur. Cela n’est offert à aucune personne 
à part un croyant (musulman). » [narré par 
Mouslim]. 

Le Prophète (pbsl) a dit que les avantages et 
les biens d’un croyant se multiplient en fonction 
de ce qui lui advient de satisfaction et 
d’exécration. 

Raison pour laquelle, il t’arrive de trouver 
deux individus ayant été victimes d’une même 
calamité, mais leurs comportements vis à vis de 
cette calamité diffèrent, ceci en fonction de leurs 
disproportions confessionnelles et de leurs 
bonnes oeuvres. 

Celui dont on ne peut attribuer ces deux 
qualificatifs (foi et bonnes oeuvres) accepte le 
bien comme le mal et toutes leurs suites, avec 
remerciement et patience comme on a sus-cité. Il 

15 


devient joyeux et gaie. Toutes ses amertumes et 
ses angoisses se dissippent cédant la place à une 
agréable vie dans ce bas-monde. 

Quant au second, il accueille tout désir avec 
arrogance et insolence. Ses moeurs se 
diffractent. Il le reçoit avec cupidité et frayeur 
comme les animaux. Toute sa conscience est de 
mise, et plus grave encore, ses pensées se 
diffusent dans la peur que ces désirs soient 
précaires, dans la confusion et la contradiction 
apparentées à ses moeurs. 

Comme il nourrit un certain optimisme en la 
concrétisation de ses espoirs d’une part, et 
d’autre part il est pessimiste en leurs 
concrétisations, il est toujours inquiet. Il 
accueille les exécrations avec angoisse, avec 
impatience et avec lassitude. Ne cherche pas à 
connaître sa misère, les maladies mentales et les 
maladies neuropathologiques qui l’entourent. 
Plus grave encore cette crainte et cette peur 
peuvent l’entraîner à une fin tragique,- car il 
n’espère en aucune récompense tout en étant 
démuni de toute patience qui le consolera et le 
soulagera. 

Tout ceci est visible par celui qui en fait 
l’expérience. Un exemple de ce jarre, si tu 

16 


observes, applicant sur les cas des gens, tu 
trouveras une grande différence entre le croyant 
(musulman) pratiquant, conforme à sa foi et 
celui qui ne l’est pas. La religion nous incite 
beaucoup à se contenter de ce qu’ Allah a offert à 
Ses serviteurs, de Sa grâce et de Sa charité. 

Si le croyant est soumis à l’épreuve 
(maladie, pauvreté et autres) que l’un d’entre 
nous peut être exposé à tout moment, avec sa 
foi, sa conviction et sa satisfaction de la sorte 
qu’ Allah lui a reservée dans sa vie, tu le 
trouveras fier ; toutes ses ambitions convergent 
avec ses moyens dont il possède. Tous ses 
regards se tournent vers ses inférieurs et non 
vers ses supérieurs. Il se peut qu’il soit plus 
heureux que celui qui réunit toutes les aisances 
de la vie, si ce dernier ne se contente pas de ce 
qu’il possède. 

Comme tu peux trouver quelqu’un dont tous 
les actes ne sont pas conforment à sa foi, s’il lui 
arrive d’éprouver une pauvreté ou qu’il perd les 
mobiles de l’aisance de cette vie mondaine, tu le 
verras miséreux et malheureux. 

Un autre exemple : s’il y advient une raison 
poussant à la crainte et à la peur, tu rencontreras 
que celui qui jouissait d’une véritable foi a la 

17 


conscience tranquille, animé de quiétude, gérant 
cette épreuve avec toutes ses pensés, ses paroles 
et ses actes, comme il le peut. H s’est ré signé à 
Allah pour faire face aux embarassants. Ceci 
libère la conscience de l’homme et le fortifie. 

Quant au dépourvu de foi, il est le contraire 
de ce qui vient d’être cité. S’il lui arrive à avoir 
des craintes pour quelque chose, son coeur 
s’agace, ses nerfs sont tendus et ses pensées se 
diffusent. Il est animé par la peur et la panique. 
Une peur externe et une angoisse interne dont 
nul ne peut décrire. Ce jarre de gens s’ils 
n’arrivent pas à avoir des mobiles naturels qui 
leur serviront de leçons, eh bien! Leurs forces 
s’effondrent et leurs nerfs se tendent. Tout ceci 
par manque de foi qui mène à la patience plus 
particulièrement dans les circonstances 
embarassantes ainsi que dans les moments tristes 
et agaçants. 

Le généreux et l’impudique, le croyant et le 
mécréant s’associent à se procurer d’une 
bravoure acquise. L’instinct adoucit les craintes 
et les dissippe ; mais le croyant se distingue par 
la force de sa foi, de sa patience, de sa confiance 
en Allah et de son espoir en sa récompense. Tout 
ceci augmente sa bravoure, diminue ses craintes 

18 


et adoucit ses peines comme Allah, Le Très 
Haut, a dit : « Si vous souffrez, lui aussi 
souffre comme vous souffrez, tandis que vous 
espérez d'AÎMfe ce qa’fl n’espère 
pas. » [Sourate Aiî-Nisa s (les femmes) 
Verset :104]. 

Ils obtiendront de l’aide d’Allah, de sa 
source spéciale et de son secours ce qui ferait 
voler leurs craintes en éclats. Allah, Le Très 
Haut, a dit : « Et soyez endurants, car Allah 

est avec les endurants. » [Al-Anfal (le butin) 
Verset :46.J 

2 “Parmi les mobiles qui font disparaître la 
tristesse et l’angoisse, la chanté envers les 
créatures ; en joignant les paroles aux actes sur 
toutes sortes de service rendu. Tout ceci fait 
parti de bien et de charité. C’est avec les actes 
qu Allah écarte les tristesses et les angoisses du 
généreux et 1 impudique. Mais le croyant 
(musulman) aura certainement la grande part et 
se distingue de l’impudique puisque sa charité 
émane de son dévouement, de son abnégation et 
de son espoir en sa rétribution. C’est ainsi donc 
qu Allah lui facilite . la tâche sur ce qu’il espère 

19 


du bien. Et Aiiàh lui protégera de toutes 
exécrations à cause de son dévouement et de son 
espoir en la récompense d’Allah. Allah, Le Très 
Haut, a dit : « Il n’y a rien, de ban dans la plus 
grande partie de leurs conversations secrètes, 
sauf si l’un d’eux ordonne une charité, une 
bonne action ou une conciliation entre les 
gens. Et quiconque îe fait, cherchant 
F agrément d’Allah, à celui-là Nous 
donnerons bientôt une récompense énorme. » 
[Sourate An-NIsa’ (les femmes) Verset ri 14]. 

Allah nous dit que tous ces actes seront 
considérés comme biens pour celui dont ils 
proviennent. Le bien appelle le bien et écarte le 
mal ; d’oû le croyant nourrit l’espoir en la 
récompense d’Allah ; Allah lui donnera une 
grande récompense panai laquelle la disparition 
et la dissipation de son angoisse, de sa tristesse, 
de ses ennuis et consorts. 

CHAPITRE 

3”Pamü les mobiles qui écartent l’angoisse 
ayant pour origine la tendance de nerfs et les 
troubles de conscience ; occuper une fonction 


20 


administrative ou bien apprendre une science 
bénéfique. Ceci préoccupe le coeur de ce qui 
l’angoissait. Il se peut qu’il oublit même les 
raisons de cette angoisse et qu’il se divertisse de 
manière à ce que son dynamisme et son activité 
doublent d intensité. Cette cause est évidente 
chez le croyant (musulman) ainsi que d’autres. 
Mais le croyant (musu lm an se distingue par sa 
foi, par son abnégation, par son espoir en la 
récompense d’Allah sur la science qu’il a 
apprise ou qu il a enseignée, et par ses bonnes 
oeuvres , si c est une adoration elle sera 
considérée comme telle ; mais si c’est une 
activité ou une habitude de cette vie mondaine, 
il faut l’accompagner d’une intention 

appropriée. Le but de ce recours est l’obéissance 
à Allah. 

Cela a des effets efficaces pour écarter 
toutes sortes de tristesse et d’angoisse. Combien 
d hommes qui ont été éprouvé par l’angoisse, 
obsédé par des troubles, ont été victimes de 
plusieurs maux alors que leurs remèdes efficaces 
ont été l’oubli de la vraie cause qui les troublait 
la conscience, les angoissait et que leurs 

préoccupations par un emploi les éloigna de tous 
les ennuis ? 


21 


H faut que cet emploi trouve en lui toute sa 
passion et soit pour lui un moyen parmi lequel il 
se familiarise facilement. Ceci incite beaucoup à 
atteindre cet objectif. Allah est plus connaisseur. 

4-Ce qui éloigne la tristesse et l’angoisse, 
le fait de converger toutes ses pensées, qu’il 
donne de l’importance à sa préoccupation 
journalière et d’interrompre tous liens ayant trait 
aux occupations du futur. Il ne doit en aucun 
cas éprouver des regrets au temps passé. C’est 
pour cette raison que le Prophète (pbsl) demanda 
refuge auprès d’Allah pour toute angoisse ou 
tristesse, [relaté par Boukhari et Mouslim], 

L’amertume causée par des actes précédents 
dont on ne peut en aucun cas revivre le 
scénario, ou bien l’angoisse ayant pour origine 
la crainte du futur, tout ceci nous interpelle à ce 
qu’on soit le fils de notre journée et qu’on 
réunisse tous nos efforts pour améliorer notre 
journée et le présent. Réunir toute sa conscience 
pour ce but est la résultante même de 
l’accomplissement d’un travail parfait et à la fin, 
on se distrait de nos angoisses et de nos 
tristesses ; le Prophète (pbsl) en invoquant 


22 


Allah, ou en orientant sa communauté à 
l’ invocation, exhortait à faire le maximum 
d’efforts pour le but escompté, tout en se basant 
sur l’assistance d’Allah et la convoitise en ses 
grâces. Car l’invocation est comparative à l’acte. 

Le serviteur doit user de tous ses efforts 
pour l’intérêt de la religion et de son monde. Il 
implore Son seigneur la réussite de son objectif 
il cherche Son assistance comme le Prophète 
(pbsl) a dit : « Veuille à ton profit, cherche 
l’assistance d’Allah, ne faiblis pas. S’il 
t’arrive quelque chose ne dit pas :si j’aurai 
fait cecfil eu serait ainsi et ainsi ; ma is dis 
plutôt: c’est le destin d’Allah et ce qu’il a 
voulu s’est réalisé, car le mot « si » ouvre 
l’acte du Satan. » [narré Mouslimj. 

Le Prophète (pbsl) a réuni entre le désir à 
faire des actes bénéfiques à tous moments, et le 
recours à l’assistance d’Allah, la non so umis sion 
à l’impuissance qui est la paresse, le fait de se 
soumettre aux faits accomplis, le fait de voir le 
Jugement d’Allah et Sa prédestination. 

Il scinda les actes en deux groupes : 
u a)-Là ou le serviteur peut faire des efforts 
pour obtenir ou écarter, voire tempérer. Là-bas il 

23 


est interpelé à user de toutes ses forces en 
sollicitant l’assistance de Son créateur. 

b)-Là ou il n’y petit rien. Il est appelé à se 
tranquiliser, à accepter et à se soumettre. 

n n’y a aucun doute que ce principe est le 
vecteur principal de la fin de nos angoisses et de 
nos amertumes, sil est considéré. 


CHAPITRE 


5-Le plus grand mobile qui soulage le 
coeur et reconforte le moral ; la multiplication 
de ZDCR (rappel). Ceci a un effet étonnant sur le 
soulagement et le reconfort du coeur, comme 
cela l’éloigne également de ses peines et de ses 
tristesses. Allah, Le Très Haut, a dit : « N’est-ce 
point par l’évocation d’Allah que se 
tranquilisent les coeurs ? » [Sourate Àr-Raad, 
Verset :28]. Le ZDCR. (le rappel d’Allah) a un 
grand effet sur l’acquisition de ce but et sur ce 
que compte le serviteur comme récompense en 
le faisant 


24 



©-C’est ainsi que le fait de vanter les 
grâces d’ Allait, le fait d’exprimer sa grattitude et 
de les vanter ; est la cause principale pour 
qu’ Allah fasse éloigner la tristesse et l’angoisse. 
Et ceci incite le serviteur au remerciement qui 
est donc au premier rang des oeuvres acceptées 
par Allah ; même si on est pauvre ou malade ou 
atteint d’autres épreuves. 

Si l’on compare entre les gâces infinies 
d’Allah et les exécrations qui l’ont atteintes, il 
en saura que ses peines ne valent rien devant les 
grâces d’Allah sur lui. 

D’autant que si le serviteur est soumis à 
l’épreuve des exécrations et les calamités et 
qu’il les affronte avec patience, avec satisfaction 
et avec soumission, le poids de ses épreuves se 
dégradera. L’ espoir du serviteur en la 
récompense d’Allah, son adoration en s’armant 
de patience et de satisfaction dissipent les 
épreuves. La douceur de la récompense fait 
oublier toute l’amertume que le serviteur avait et 
particulièrement celle de la patience. 

7- Le plus profitant dans ce domaine est de 
prendre acte de ce que le Prophète (pbsl) nous a 

25 


orienté selon le Hadith authentique : « Regardez 
vos Inférieurs et ne regardez point vos 
supérieurs car cela est plus convenable à ce 
que vous ne dédaignez pas les grâces 
d’AJlaîs* » [narré par Boukhari et Monslim]. 

Si le serviteur se conforme à cette 
reflexion, il sera au dessus de beaucoup de 
personnes dûment riches et bien portantes. Ses 
angoisses et ses amertumes se dissipent, sa joie 
et sa satisfaction ne font qu’augmenter et ü se 
comblerait de cet enchantement qu’il a vis à vis 
des grâces d’Allah qui l’ont placé au devant de 
ses inférieurs. 

A chaque fois que le serviteur considère les 
grâces d’Allah, qu’elles soient de nature 
confessionnelle ou mondaine, il verra que Son 
Seigneur lui en a fait part belle et l’a mis à l’abri 
de beaucoup de maux. 

H n’y a aucun doute que cela repousse 
l’angoisse, l’amertume et confirme la gaieté 
ainsi que la joie de vivre. 

CHAPITRE 

8-Parmi les mobiles qui adjugent la joie, la 
gaieté et repoussent l’angoisse ainsi que 

26 


l'amertume ; le fait d’oeuvrer à s’éloigner de 
tout ce qui rend triste, de s’approcher de ce qui 
procure la joie, la gaieté, tout en cherchant à 
oublier le passé avec ses lots de tristesses qu’on 
ne peut en aucun cas rétrocéder. H faut qu’on 
sache que le fait de revivre ses angoisses en âme 
et conscience est considéré comme frivole et 
stupide. L’on combat sa conscience à ne plus 
revenir là dessus, tout en engageant un autre 
front celui de crainte pour le fhtur comme lueur 
de la pauvreté, lueur de la peur et d’autres qui ne 
sont que de pures imaginations. Il faut qu’il 
sache que tout ce qui adviendrait dans le futur 
du bon comme du mal, d’espoirs comme des 
peines restent et demeurent inconnu. Tout ceci 
se trouve dans la main du Puissant et du Sage 
(Allah). Les serviteurs n’en détiennent rien, à 
part qu’ils en tirent les avantages ou qu’ils 
repoussent les inconvénients. Que le serviteur 
sache quand il arrive à dissuader ses pensées de 
tout pessimisme sur son futur, qu’il s’en remet à 
son Seigneur pour son ajustement, et qu’il lui 
fasse confiance. S’il le fait, il aura une 
conscience tranquille. D’une part ses affaires 
seront assainies et d’autre part ses angoisses et 
tristesses disparaîtront 


27 


9-Ce qui est bénéfique sur le futur des 

choses, le fait de citer cette invocation que le 
Prophète (pbsl) avait citée : « Oh Allah ! ' 

assainis ma Religion qui est mon vertu ; 
assainis mon Dounya (bas-monde) qui est le 
lieu de ma subsistance ; assainis mon 
À’akhirah (au-delà) qui est mon retour ; fais 
que ma vie soit une aubaine de multiplication 
de biens et que la mort soit pour moi un repos 
pour tout mal. » [relaté par MousimJ. Ainsi 
que ses paroles : « Ob Allah ! J 5 espère ta 
miséricorde, ne m’abandonne pas à mon 
propre sort même pour un clin d’oeil. 
Assainis toutes mes affaires, M n’y a de 
divinité que Toi »[narré par Abou Daoud]. 

Si le serviteur s’exprime par cette 
invocation ( DOUA’ A) qui comporte 

l 5 assainissement du futur confessionnel et 
mondaine, en toute âme et conscience avec la 
présence d’une franche intention qui s’effectuera 
sur tous ses efforts dans le but d’atteindre cet 
objectif, certes Allah lui concrétisera ce qu’il a 
sollicité, ce qu’il a espéré et verra que sa 
tristesse se îranfoimera en joie et gaieté. 


28 


CHAPITRE 


10 “Parmi les mobiles qui sont bénéfiques 
pour dissiper 1 £ angoisse et la tristesse issues des 
catastrophes, le serviteur oeuvre à les tempérer 
en estimant que le pire a été évité et qu’il se 
prépare à l’accepter comme tel. Il se tranquilise 
comme il le peut C’est par cette résignation et 
par cette démarche importante que disparaîtra 
ses angoisses et ses tristesses. Ainsi donc, il doit 
oeuvrer à se procurer de ce- qui lui est bénéfique 
et qu il repousse le mal selon la mesure du 
possible. 

En effet s’il lui arrive à avoir peur ou qu’il 
soit victime d’une maladie ou qu’il soit soumis à 
l’épreuve de la pauvreté ou qu’il soit dénué de 
tous ses amours et désirs, il doit l’accepter avec 
sérénité et résignation tout en pensant que 
malgré sa situation, le pire a été évité. Le fait de 
se préparer à supporter les exécrations adoucit 
les peines et particulièrement si l’on se 
préoccupe de tout ce qui peut l’éloigner de cet 
environnement, selon ses possibilités. 


29 


Ainsi donc, il rassemble à son compte la 
résignation de son âme et les oeuvres bénéfiques 
qui l’ont préoccupé, sans qu’il accorde aucune 
importance que ça soit à ces sinistres. 

Il faut qu’il renouvelle son énergie qui 
l’aidera à affronter les exécrations tout en 
s’appuyant sur l’aide d’Allah avec une parfaite 
confiance en lui. Il n’y a aucun doute que ses 
actes ont un grand profit sur la procuration de 
gaieté, de la bonne humeur et ajoutée à cela ce 
que le serviteur escompte comme récompense 
tôt ou tard. Beaucoup l’ont expérimenté. 


CHAPITRE 

11 -Parmi les grands remèdes des maladies 
neuropathologiques et d’autres maladies du 
corps, la force du coeur qui réside en sa sérénité 
devant les illusions et les imaginations issues 
des mauvaises idées. Parcequ’une fois que 
l’homme se soumet aux chantages de 
l’imagination et qu’il réagit négativement devant 
ses effets (la peur, la maladie et autres comme la 
colère ou l’imbroglio qui plane sur l’attente 
d’une disparition annoncée de l’aisance) eh 


30 


bien ! H se plongera dans F angoisse, dans 
l’amertume et dans les maladies psychologiques 
dont les effets multiples sont apperçus par 
beaucoup des gens. 


IZ "Quand le coeur s’appuie sur 

l’assistance d’Allah, se remet à lui, et ne se 
soumet pas aux illusions, ni aux mauvaises 
imaginations tout en restant confiant en Allah en 
se convoitant par ses grâces, alors toutes ses 
angoisses et ses tristesses se verront ruées. II 
sortira sain et sauve de beaucoup de maladies. 
Son coeur sera comblé de force, de bonne 
humeur et de joie infinie. Combien des hôpitaux 
se sont remplis des victimes d’illusions et de 
mauvaises imaginations? Combien de fois ces 
fléaux ont eu des effets nocifs sur des gens 
qu’on jugeait forts et qu’en sera-t-il pour les 
faibles ? Combien de fois ont-ils abouti à la 
folie ? Le bien-portant est celui qu’ Allah a 
donné la chance d’affronter son âme jusqu’à ce 
qu’il se procure des mobiles bénéfiques 
renforçant son coeur et l’éloignant de toute 
angoisse. Allah, Le Très Haut, a dit : « Et 
quiconque place sa confiance eu Allah, H 

31 


[Allah] lui suffit. » [Sourate At-Talaq (le 
divorce) Verset :3], c’est à dire lui suffit dans 
tout ce qui l’importe sur sa religion et son 
Dounya (bas-monde). 

Celui qui s’en remet à Allah a un coeur fort 
qui résiste à toute illusion. Les événements ne le 
perturberont pas grâce à sa connaissance. 
Cependant seuls les faibles de caractère, les 
défaillants et les peureux craquent. Evidemment 
il sait qu’ Allah est garant de celui qui s’en remet 
en lui. Il a confiance en Allah, il se rassure de Sa 
promesse. Son angoisse et sa tristesse 
s’éloignent. Sa peine se transforme en aisance, 
son chagrin en liesse et sa peur en sécurité. 

Nous implorons Allah, Le Très Haut, de 
nous accorder la santé, et qu’il nous fasse grâce 
de la force du coeur, de la résistance par une 
résignation parfaite qu’il a garanti à ses fidèles 
et qu’il nous protège de toute exécration. 

CHAPITRE 


13 -Sur les paroles du Prophète (pbsl) : 

«Un croyant (musulman) ne frictionne pas 
une croyante (musulmane). S’il lui arrive de 

32 


détester l’une de ses moeurs qu’il se satifasse - 
d’une autre. » [narré par MouslimJ. 

A travers cette belle parole, nous tirons 
deux grandes paroles : 

-Premièrement : L’orientation et l’attitude à 
adopter envers une épouse, un proche, un 
compagnon, un domestique et toute relation 
quelconque. Il faut que tu t’apprêtes à accepter 
leurs défauts, leurs faiblesses et tout ce que tu 
détestes d’eux. Dans le cas ou tu remarqueras 
l’un de ces défauts, tu es interpelé à les 
comparer à cette forte relation existante entre 
vous, à comparer surtout à leurs bienfaits, et aux 
objectifs particuliers et généraux que vous 
espérez atteindre. Neamoins en fermant l’oeil 
sur leurs défauts tout en reconnaissant leurs 
bienfaits, 1 ’ amitié- et la relation persisteront et la 
quiétude régnera entre vous. 

^ -Deuxièmement : La dissipation de 

l’angoisse et de la tristesse ; la subsistance de la 
sincérité, de l’accomplissement, de 
l’acquittement des obligations ainsi que d’autres 
droits surrégatoires et de la quiétude entre les 
deux parties. 

Celui qui ne se voit pas orienter par ce que 
le Prophète (pbsl) a dit et qu’il contrarie cette 

33 


thèse, en remarquant les défauts et en fermant 
l’oeil sur leurs aspects positifs, cert ainement il 
sera angoissé et que ses relations connaîtront un 
froid et que beaucoup de droits et devoirs ne 
seront plus maintenus par les deux camps. 

Beaucoup des gens ambitieux se préparent à 
accepter les catastrophes et les troubles avec 
patience et quiétude. Mais on s’apperçoit qu’ils 
font apparaître leur amertume dans des affaires 
dérisoires et insignifiantes. La raison est qu’ils 
se sont préparés à faire face aux grands 
problèmes et qu’ils ont négligé les problèmes 
minimes qui ont pour conséquence des effets 
néfastes sur leur comportement. Un homme 
résolu doit se préparer à faire .face à tous 
problèmes grands comme petits, et qu’il sollicite 
le secours d’ Allah pour qu’il ne l’abandonne pas 
à son sort. A ce moment le petit problème lui 
sera commode comme l’a été le grand problème. 
Il y demeure fier, tranquille, reposé. 

CHAPITRE 

14 -Un homme intelligeant doit savoir que 
sa vraie vie est celle du bonheur et la tranquilité. 


34 


Cette vie-là est très courte. Il ne faut pas qu’il la 
raccourcisse par des tristesses et qu’il 
s’abandonne aux griefs. Ceci contrarie la vraie 
vie. Il doit être avare de sa vie et de tout ce qui 
peut l’entraîner dans les angoisses et les 
mécontentements. 

Sur ce point le généreux (croyant 
musulman) et l’impudique sont égaux mais le 
croyant (musulman) aura la plus grande part s’il 
le concrétise tôt ou tard. 


1 5-11 lui faut aussi au cas oü il est so umi s 

à une rude épreuve ou à une exécration ou à la 
crainte d’être soumis à une épreuve, qu’il 
compare les grâces obtenues d’Allah d’une 
manière confessionnelle ou mondaine à ce qui 
lui est advenu comme exécration. Il se trouvera 
à l’issu de cette comparaison qu’il est bondé de 
grâces, et de ce fait toutes les exécrations dont il 
fut victime se dissippent. Il faut qu’il compare 
aussi sa crainte du futur à des nombreuses 
hypothèses qui mènent vers son salut. Il ne faut 
pas qu’il admette que la faible hypothèse 
(crainte du futur) ait le dessus sur les 
nombreuses et les fortes hypothèses. C’est ainsi 


35 


qu’il s’éloignera de son angoisse et de sa crainte. 
H faut qu’il présage le pire des hypothèses qui 
lui arriverait et qu’il se prépare à l’accueillir tout 
en cherchant à se protéger de ce qui n’est pas 
advenu ou bien de chercher à adoucir ce qui est 
advenu. 


16 “Parmi les choses les plus importantes, 

il faut que tu saches que les offenses et injures 
des gens ne te nuisent pas mais les nuisent eux- 
meme, sauf si tu arrives à accorder à cela une 
importance, et que tu leur décernes ta 
conscience. En ce moment elles te nuiseront 
comme ça a été leurs cas. Si tu n’accordes 
aucune importance à cela, rien ne te nuisera. 


17 “Il faut que tu saches que ta vie est le 
reflet de tes pensées. Si ce sont des pensées 
bénéfiques pour la réligion ou le Dounya (bas- 
monde), ta vie sera bonne et heureuse et 
réciproquement. 


18 “Parmi ce qui est plus bénéfique pour 
refouler la tristesse ; ne chercher de 



remerciement qu’à Allah. S’il t’arrive à faire un 
bienfait aux ayant-droits ou non, sache que c’est 
ton attitude envers Allah. Ne t’occupe pas de 
remerciements du bénéficiaire de ta charité ; 
comme Allah, Le Très Haut, a dit à l’égard des 
particuliers de sa créature : « C’est pour le 
visage d’Allah que nous vous nourrissons : 
nous ne voulons de vous ni récompense ni 
gratitude. » [Sourate Âl-Insaan (L’homme) 
Verset :9j. 

Ceci se manifeste dans nos attitudes vis à 
vis de nos familles et de nos enfants.. Ceux dont 
vous nouez des fortes relations, le fait de se 
préparer à les protéger du mal libère la 
conscience. 

Parmi ce qui procure la quiétude : le fait 
d’oeuvrer pour obtenir les grâces d’Allah sans 
contraintes ni empruntes de tout ce qui 
engoisse ; car, sans cela on risque de se 
retrouver bredouille parcequ’on a empruté un 
chemin parsemé d’ embûches, c’est cela la 
sagesse à l’aide de laquelle tu tires des 
substances assombries des belles choses 
limpides. C’est ainsi que la clarté de la saveur se 


37 


multiplie et au 
tarie. 


Ull 


Lente alors 


que 


l’impureté se 


19 “Place tout ce qui est bénéfique au 

premier rang de tes préoccupations. Ne dédaigne 
pas à tout ce qui est nocif pour te préoccuper 
ainsi que pour te procurer la tristesse et 
l’angoisse. Profite de ton repos pour réaliser des 
actes plus importants. ' 

20 “Parmi Les choses les plus importantes, 
trancher le présent afin d’être libre pour le 
futur ;en effet si les travaux ne sont tranchés, ils 
s’en accumuleront avec les récents. Mais si tu en 
tranches à leur temps, tu affronteras les choses 
du futur avec force. 

21 -Distingue les travaux bénéfiques selon 
leur importance. Cherche là ou réside ton ardeur 
au travail. Le contraire de cela entraîne à la 
paresse et à la lassitude. 

Recours à des vraies idées ; prends conseils 
auprès de tes frères car nul ne regrette la 
consultation ; étudie minutieusement tes projets, 


38 



si l’intérêt est déterminant va jusqu’au bout et 
fais confiance à Allah. Certes, Allah aime ceux 
qui se résignent à sa volonté. 


Et louanges à Allah, Seigneur des Mondes . 
Que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur 
notre maître Mohammed, sur sa famill e et ses 
compagnons. 


39 


TABLE DES MATIERES 


Pages 

Préface du Ministère 4 

-Préface de la première édition 8 

-Préface de l’auteur 12 

-Les Moyens Utiles pour la Vie 
Heureuse 12 

1- La foi et les bonnes oeuvres..... 13 

2- La charité envers la créature par la 

parole. Pacte et les espèces de bontés 19 

3- Se préoccuper d 5 un travail ou une 

science bénéfique 20 

4- Accorder de l’importance au travail 

journalier et de rompre tout lien avec les 
travaux du futur 22 

5- Multiplication de ZIKR (rappel 

d’Allah) 24 

6- Vanter les grâces d’Allah (apparentes 

et cachées) 25 

7- Le regard sur l’inférieur sur les 

jouissances de la vie 25 

8- Oeuvrer à éliminer les mobiles 

procurant les angoisses en cherchant à 
oublier le passé désastreux 27 

40 



ÎÜJL 

j i **j' i üSji 

ûlî^I * jbj 

3 âjpji Ij 

5<Ul 


ju ro 





,jü\ ÂiÜl 


îjpjïlj jjj * ^ 


I !■■■■■